Inscription aux newsletters
Inscription
Inscription aux newsletters

Grand Paris Habitat : « Il est plus intéressant d’être ensemble que chacun de son côté »

# Partenariat
En synthèse
Cinq nouveaux adhérents ont rejoint depuis le début de l’année le GIE Grand Paris Habitat. Thierry Berthier, président du directoire, revient sur les dynamiques actuelles du groupement et la volonté des adhérents de s’inscrire toujours plus activement en tant que partenaires des projets de territoires.
5 min.

Le GIE Grand Paris Habitat a été créé en 2015 : quelle était sa raison d’être à l’époque ?

Thierry Berthier : L’idée était de regrouper les forces de développement et de maîtrise d’ouvrage des structures existantes : OSICA et EFIDIS puis l’établissement Ile-de-France de la SNI. L’objectif étant de doubler la production de logements neufs et de rationnaliser notre fonctionnement. En choisissant de nous structurer en GIE, nous avons pu nous ouvrir à d’autres opérateurs comme, dans une première vague, l’OPH de Suresnes (92) ou Versailles Habitat (78) qui avaient besoin d’un soutien opérationnel. Au fil des années, il est apparu évident que nos savoir-faire particulièrement en matière de pilotage de projets ANRU, de réhabilitation mais aussi notre proximité et notre capacité à intervenir auprès des collectivités et des institutionnels intéressaient d’autres opérateurs.

Comment le GIE est-il structuré aujourd’hui ?

TB : Grand Paris Habitat fédère 15 adhérents hors Groupe, en plus de CDC Habitat et CDC Habitat social dont l’activité francilienne représente encore 80% de nos missions. Environ 150 personnes travaillent au sein de nos 3 grandes directions (développement, suivi des opérations VEFA et maîtrise d’ouvrage), auxquelles s’ajoutent une Direction dédiée à l’ingénierie territoriale et aux partenariats. Cette dernière incarne d’ailleurs d’une certaine manière l’évolution de Grand Paris Habitat au fil des années. D’un appui purement opérationnel sur des projets précis, nous sommes désormais dans une logique d’accompagnement de la mise en œuvre de projets, partagés avec un écosystème large, sur et aux côtés des territoires.

C’est ce que sont venus chercher les 5 nouveaux adhérents qui ont rejoint le GIE depuis le début de l’année ?

TB : Chacun a des besoins différents. Maison Alfort Habitat (94) souhaite que nous les accompagnions sur une opération de logements neufs multiproduits ; Pays de Meaux Habitat (77) et l’OPH de Villemomble (93) travaillent sur la réhabilitation de leur patrimoine ; l’OPH d’Aubervilliers (93) souhaite un appui sur ses dossiers ANRU ; et nous avons des projets ANRU communs avec Les Résidences Yvelines Essonne. Mais au-delà de ces projets, tous partagent la même volonté d’inscrire leur action dans le développement des territoires. Quels projets développer pour répondre aux besoins des collectivités ? Comment renforcer l’attractivité et les dynamiques locales ? Nous partageons tous l’idée qu’il est plus intéressant et plus efficace d’être ensemble que chacun de son côté.

Cette réflexion se traduit aussi à travers certains outils comme GPH Académie…

TB : GPH Académie est une structure de partage d’expériences et de savoir-faire entre adhérents, aussi bien sur des thématiques très techniques comme l’amiante, la RE 2020 ou le développement d’une filière bois à l’échelle francilienne, que sur une approche plus large des engagements sociétaux et environnementaux. L’ensemble des structures sont engagées dans des démarches RSE (responsabilité sociétale et environnementale) et il ne s’agit pas de s’y substituer mais de s’enrichir mutuellement et de réfléchir ensemble à la manière de mettre en place des bonnes pratiques.

D’autres structures vont-elles encore rejoindre le GIE ?

TB : Il est probable que d’autres rapprochements s’esquissent dans les prochains mois, notamment dans le cadre du développement de Paris Terres d’Envol. Mais grossir n’est pas un objectif en soi pour Grand Paris Habitat. Nous souhaitons avant tout réunir des structures dans un partenariat gagnant-gagnant. On a vu l’an dernier dans le cadre du plan de relance que nous étions capables de signer 8 000 ordres de service ou d’avancer dans la signature des conventions ANRU malgré le contexte inédit : c’est cette force et cette expertise que nous voulons mobiliser collectivement au service des projets de territoires.

Zoom
Maisons Alfort Habitat en résumé :
SA HLM
2744
logements
466
équivalents logements
45
salariés

Un rapprochement comme une évidence

Entre Maisons Alfort Habitat et Grand Paris Habitat, le rapprochement semblait évident. D’abord parce que CDC Habitat est depuis juin 2020 actionnaire de référence de la SA HLM du Val-de-Marne (94). Ensuite parce que les compétences proposées par le GIE répondent parfaitement aux besoins de développement de la collectivité. « Nous avons d’importantes réserves de foncier qui devraient nous permettre de construire à terme près de 1 000 logements », explique Manuel Roy, directeur général de Maisons Alfort Habitat. « Nous avons choisi d’adhérer à Grand Paris Habitat afin de bénéficier d’un accompagnement dans le développement patrimonial de notre organisme ».

Si l’adhésion au GIE date du 26 mars dernier, la première collaboration opérationnelle est déjà sur les rails avec un programme mixte de 240 logements, combinant PLAI+, bail réel solidaire et vente en VEFA inversée. Et si le partenariat s’appuie sur une lettre d’engagement annuel, c’est bien sur le long terme que Manuel Roy envisage ce partenariat : « avoir CDC Habitat dans notre actionnariat, c’est avoir à nos côtés un bailleur qui a une dimension, des compétences et une organisation qui vont nous permettre d’évoluer. Le GIE Grand Paris Habitat est le bras armé de cette mobilisation de compétences, et notre collaboration est entièrement tournée autour du projet de notre territoire ». Au programme des prochaines années : renforcement de la mixité sociale, développement du logement intermédiaire et de l’accession à la propriété, et soutien au commerce en pieds d’immeubles.