Une colocation solidaire et temporaire à Strasbourg

À Strasbourg, CDC Habitat met des logements vides à disposition de personnes réfugiées et françaises d’âges, d’origines et de parcours différents, dans le cadre d’une colocation solidaire, multiculturelle et temporaire.

C’est une colocation d’un nouveau genre qui vient de voir le jour dans le sud-ouest de Strasbourg. Place Nicolas Poussin, CDC Habitat propose en effet à la location temporaire les chambres de douze appartements situés dans une résidence de 67 logements qui va être prochainement détruite dans le cadre d’une opération de reconstruction de l’Agence Nationale pour la Rénovation Urbaine (ANRU). Certains de ses habitants historiques ont pris l’initiative de commencer à vider les appartements familiaux pour être relogés.

« Du côté de CDC Habitat, l’idée c’est que l’immeuble soit suffisamment occupé entre le départ des résidents et la destruction afin de maintenir un lien social avec les habitants restant et le quartier », explique Thomas Chanal, Responsable Pôle Cohésion Sociale et Relation Client à la direction interrégionale Nord-Est.

C’est l’association Caracol qui organise la sélection et l’arrivée des colocataires depuis la rentrée de septembre 2021. Fondée en 2018, son but est de développer des colocations multiculturelles et solidaires comme outil d’intégration des nouveaux arrivants en France. « Les colocations font cohabiter des personnes réfugiées et françaises d’âges, d’origines et de parcours différents », détaille Thomas Chanal. « Sur Strasbourg, ce sont ainsi 32 personnes qui profitent du dispositif : 12 réfugiés, 3 bénéficiaires de titres de séjour de travail, 7 de titres de séjour étudiant, et 10 français ou européens ».

Leur point commun : avoir envie de s’impliquer dans l’expérience de cette cohabitation multiculturelle, adhérer aux valeurs du projet et connaître des difficultés pour se loger. En échange d’un loyer très modéré, les étudiants sont invités à proposer des activités à l’ensemble de la résidence : ateliers bricolage, soutien informatique, cours de langue… En parallèle, l’association accompagne la trentaine de colocataires présents avec des actions d’intégration et de suivi social en lien avec des structures spécialisées. Un partenariat a également été conclu avec la compagnie de danse-théâtre Lu. Cette dernière organisera des projets d’animation, des interventions artistiques dans la résidence et dans le quartier, et prévoit la réalisation d’un « street album » de photos d’époque recueillies auprès des habitants historiques du quartier, afin d’en garder la mémoire.

L’évacuation des habitants et la destruction du bâtiment aura lieu en 2023-2024. Une action inédite pour le groupe CDC Habitat, qui pourrait être renouvelée si d’autres résidences concernées par une opération de renouvellement urbain ANRU peuvent s’y prêter.