Beaumont (63) : les pavillons du Hameau du Parc font peau neuve

Logement social | Réhabilitation

CDC Habitat vient de finaliser la réhabilitation des 79 pavillons du Hameau du Parc 1, 2 et 3 à Beaumont. Un chantier en site occupé lancé en 2018 et qui a permis d’améliorer le quotidien des locataires de ce secteur très attractif de la métropole de Clermont-Ferrand.

Le plan stratégique de patrimoine de CDC Habitat en Auvergne-Rhône-Alpes se poursuit à un rythme soutenu. Engagé en 2013, celui-ci a connu une nouvelle avancée majeure avec la réception en juin dernier des 79 pavillons individuels de Beaumont, commune du Puy-de-Dôme faisant partie de Clermont-Auvergne-Métropole. « CDC Habitat a racheté en 2004 la SEM de Beaumont et notamment ces 3 ensembles immobiliers datant de la fin des années 80 et du début des années 90 », explique Elsa Chazoule, responsable de la Maîtrise d’ouvrage. « Les 3 ensembles immobiliers étant pratiquement similaires, il a été décidé de traiter l’ensemble des 79 lots en même temps, ce qui a nécessité une organisation spécifique ».

Si les bailleurs sont habitués à réhabiliter leur patrimoine collectif, il est en revanche plus rare de se pencher sur autant de maisons individuelles en même temps. Le projet a d’ailleurs été d’autant plus complexe à mener que quasiment tous les pavillons sont différents les uns des autres : pièce de vie au rez-de-chaussée ou à l’étage ; garage intégré à la maison ou dissocié… A chaque fois, de petites subtilités de conception ont nécessité d’adapter les travaux et de réaliser 79 mini-interventions indépendantes.

Un programme complet de réhabilitation

Malgré cette spécificité, le cap fixé pour la réhabilitation de chaque bâtiment a été tenu, avec plusieurs volets complémentaires menés en parallèle. Fidèle à ses objectifs, le Groupe a évidemment mis l’accent sur la performance énergétique du bâti, avec isolation des façades par l’extérieur, isolation des combles, remplacement des fenêtres et des portes d’entrée, remplacement des VMC et des chaudières individuelles. Pour les maisons concernées, une isolation supplémentaire a été réalisée entre le garage et le pavillon.

« Ces travaux nous ont permis d’atteindre le niveau BBC Rénovation, et de passer d’une étiquette énergétique D ou E selon les pavillons, à une étiquette C – ce qui se traduit concrètement par des baisses de charge pour l’ensemble des occupants », reprend Elsa Chazoule. « Parallèlement, nous avons refait la sécurité électrique de l’ensemble des logements, et procédé à des travaux d’embellissement, avec remplacement des volets battants et des boîtes aux lettres, remplacement des moquettes… ». Enfin, un travail a été mené avec la Mairie pour changer l’éclairage public installé directement sur les pavillons.

Un projet mené dans la concertation

Dans le quartier, la fin du chantier est accueillie avec satisfaction et soulagement. Il faut dire que près de 24 mois séparent la livraison du premier et du dernier pavillon. Entre temps, la crise sanitaire est venue bouleverser le quotidien – figeant les travaux pour plusieurs semaines lors du premier confinement, et nécessitant une organisation différente lors de la reprise, du fait des protocoles exigés sur les sites occupés.

Tout cela aurait pu être source de tension mais CDC Habitat a démarré le projet par une phase importante de concertation en février 2019 qui a permis de nouer le dialogue avec les occupants et de bien expliquer le procédé. « C’est d’autant plus important que l’attachement des locataires à leur domicile est sensiblement plus important quand il s’agit de maisons individuelles. Ils s’y projettent davantage, s’approprient plus les lieux… », explique Jean-Luc Michel responsable d’opérations ayant suivi le chantier. « Ils sont donc plus impliqués et plus exigeants vis-à-vis des travaux ».

Le programme a été particulièrement soutenu au niveau local, et a bénéficié de subventions du département ainsi que de la Métropole dans le cadre du contrat territorial de développement durable. Au total, 2,7 millions d’euros ont été investis, soit une moyenne de 34 200 euros par pavillon, pour un résultat à la hauteur de cette commune très attractive et dynamique de la métropole clermontoise.