« Proposer aux femmes victimes de violences conjugales un logement pérenne, c’est une porte ouverte vers la reconstruction. »

Nathalie Quesnel, accompagnatrice sociale et référente sociale point accueil de jour de l’association AVEC 63, rappelle l’importance du logement dans le prise en charge des victimes de violences conjugales.

Pouvez-vous nous présenter l’association AVEC 63 ?

Association Victime Ecoute Conseil accompagne les victimes d’infractions pénales dans le département du Puy-de-Dôme depuis 1987. Dès lors qu’une plainte est déposée, le ministère de la Justice oriente les victimes vers notre équipe pluridisciplinaire – juristes, psychologues, travailleurs sociaux – qui va leur proposer une prise en charge globale. Le public accueilli est assez large, car s’entend par infraction pénale les vols et cambriolages, les agressions, les violences physiques et sexuelles. Les femmes victimes de violences conjugales représentent toutefois la moitié des personnes reçues chaque année.

Comment accompagnez-vous ce public particulier ?

Nous avons mis en place deux dispositifs spécifiques, qui interviennent sur des temps différents. Celui de l’urgence tout d’abord, avec une référente départementale qui gèrent les mises à l’abri. En parallèle, nous proposons un accueil de jour pour recevoir les femmes qui souhaitent quitter, à terme, le domicile conjugal, sans en informer leur compagnon. Notre objectif ici est de préparer au maximum leur départ, pour qu’il se passe le plus sereinement possible et éviter ainsi l’étape de l’hébergement d’urgence, qui débouche souvent sur un retour au domicile conjugal.

Comment préparer un départ du domicile conjugal ?

En faisant les choses étape par étape. En tant que référente du point accueil de jour, je suis le premier contact avec les personnes et celle qui va ensuite les orienter vers les professionnels de l’association qui sauront le mieux répondre à leurs besoins. Il faut pour cela bien identifier leur demande, ce qui passe par l’écoute et le respect absolu de leur choix. Notre rôle est de les accompagner, pas de décider à leur place. Et ce sont des situations complexes, qui peuvent sembler de prime abord sans issue. Il est par exemple nécessaire qu’une procédure de divorce soit engagée pour faire une demande de logement. Or la séparation est un moment critique, qui donne souvent lieu à des violences. Il faut donc faire les choses de façon progressive, une démarche après l’autre.
La première étape est souvent un rendez-vous avec un de nos juristes, qui va informer la personne sur ses droits et les dispositifs de protection existants. Rencontrer un psychologue est également important car les personnes ne sont pas toujours certaines d’être victimes de violences. Enfin, le travailleur social va accompagner la personne dans ses démarches, pour trouver un logement par exemple. 

Vous travaillez avec CDC Habitat sur cette question du relogement depuis plusieurs années. Pouvez-vous nous en dire plus ?

Le relogement est tout simplement indispensable. Tant que la personne reste au domicile conjugal, elle reste sous emprise. Le débat porte beaucoup sur le développement des capacités d’hébergement d’urgence, qui est nécessaire évidemment, mais l’hébergement n’est pas une finalité et ne correspond pas aux attentes des femmes. Elles ont besoin d’un relogement adapté à leur reconstruction, qui leur permet d’assurer une continuité dans leur vie professionnelle, familiale (à proximité de l’école des enfants par exemple). Notre partenariat avec CDC Habitat nous permet de répondre à ce type de demande.

Et quel est votre bilan de ce partenariat ?

Depuis 2015, sur 595 situations orientées, nous avons eu droit à 210 propositions de logement par CDC Habitat et 84 relogements finalisés. Au-delà des chiffres, ce qui est encourageant, c’est que les femmes entament un vrai travail de reconstruction. D’ailleurs, je n’ai pas connaissance d’un seul retour au domicile conjugal, ni d’une seule situation d’impayé ou de trouble du voisinage.
Nous espérons poursuivre notre coopération, d’autant que les demandes ont explosé du fait de la crise sanitaire et des confinements, des périodes propices à l’augmentation des violences intrafamiliales. Je pense que les relogements pérennes et de qualité tels que ceux mis en œuvre dans ce partenariat sont la solution la plus efficace pour les femmes que nous accompagnons.