Inscription aux newsletters
Inscription
Inscription aux newsletters
Vous souhaitez être informé régulièrement de nos publications ?
  • Vous souhaitez être informé régulièrement de nos publications ?
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

« Nous avons souhaité mettre à la portée des habitants des quartiers prioritaires des produits bio, sains, bons et locaux. »

# Solidarité
En synthèse
Boris Tavernier, fondateur et directeur général de l'association Vrac, nous explique les missions de son association en podcast.
3 min.
En 2013, Boris Tavernier créait l’association VRAC à Lyon. Son objectif : permettre aux habitants des quartiers prioritaires d’accéder eux aussi à des produits alimentaires de qualité. Une démarche qui nécessite le soutien des bailleurs sociaux. Ses explications en podcast.

Pourriez-vous nous présenter l’association Vrac ?

BT : Elle est née à Lyon en 2013 d’un constat très simple : quand on n’a pas d’argent, on s’oriente vers les produits de consommation les moins chers, au détriment de la qualité et de la santé. L’offre de bons produits bio, locaux est inexistante dans les quartiers populaires et leurs habitants pensent de prime abord que « ce n’est pas fait pour eux ». Vrac est née de cette envie de donner accès à ces produits aux habitants des Quartiers prioritaires de la Politique de la ville (QPV).

Concrètement, comment cela fonctionne ?

BT : Nous sommes implantés aujourd’hui dans 32 QPV. Dans chacune de ses villes, nous avons créé une association qui gère plusieurs groupements d’achat d’habitants et passe commande auprès de petits producteurs pour une centaine de produits secs vendus à prix coûtant pour ces habitants. Une fois par mois, une épicerie éphémère s’installe dans un centre social, par exemple. Ce rendez-vous est un moment privilégié où se tissent lien social et solidarité.

Vous avez noué en 2019 un partenariat avec CDC Habitat. Qu’attendez-vous de lui ?

BT : Dès le départ, Vrac a été rendu possible grâce au soutien financier des bailleurs sociaux. Mais leur appui est précieux aussi opérationnellement pour faire démarrer les projets, les relayer dans les quartiers, et développer des projets autour de l’épicerie éphémère. Nous déployons beaucoup d’initiatives, comme réunir des cuisinières du quartier avec des chefs étoilés, des projets de livres, etc. C’est tout ce champ d’action que nous souhaitons développer avec CDC Habitat.

Retrouvez l’interview en intégralité en podcast

 

Pour en savoir plus sur Vrac