Loi ELAN : CDC Habitat s’engage aux côtés de l’agglomération de Montélimar

CDC Habitat poursuit le déploiement de sa stratégie partenariale en Auvergne-Rhône-Alpes à travers la création de la SEM Montélimar Agglomération Habitat.

Depuis que la loi ELAN est venue bousculer le secteur de l’habitat social en imposant le regroupement des organismes dont le patrimoine est inférieur à 12 000 logements, CDC Habitat s’efforce d’accompagner les collectivités désireuses de poursuivre leur développement en nouant des partenariats sur-mesure, tenant compte des réalités de chaque territoire.

Après Vichy Habitat, la SEM des 4 Vallées (Albertville et Ugine) et la Semcoda (Ain), c’est un 4ème accord que le Groupe vient de nouer en Auvergne-Rhône-Alpes avec la création de la SEM Montélimar Agglomération Habitat.

Comme l’explique Lucile Barou, Directrice interrégionale adjointe en charge des partenariats, « nous avons longuement discuté avec l’agglomération de Montélimar afin d’arrêter ce qui nous semble être la meilleure manière d’accompagner la dynamique de ce territoire. La transformation de l’OPH historique en SEM est un changement de statut conséquent mais qui va permettre d’élargir les capacités d’intervention de la structure et d’en faire le bras armé du développement de l’agglomération pour les dix prochaines années ».

Des actions ciblées

Il faut dire que l’agglomération de Montélimar bénéficie depuis quelques années d’un regain d’attractivité que la collectivité souhaite accompagner, en modernisant son parc et en élargissant son offre. Le plan stratégique à moyen terme défini par les deux partenaires prend en compte ces aspects, avec notamment la réhabilitation à venir de l’essentiel du patrimoine social de l’ex-OPH (environ 1 900 logements sur 2 400), le renforcement de la production de logements (passant de 200 à 500 logements sur 10 ans) ainsi que l’inscription de plusieurs projets de rénovation dans le cadre du plan national « Action Cœur de Ville » lancé en 2017 pour améliorer les conditions de vie des habitants des villes moyennes.

« Du fait de sa taille humaine et de sa proximité avec Valence, Montélimar dispose de nombreux atouts pour attirer des jeunes, des familles mais aussi des seniors à la recherche d’un meilleur cadre de vie », reprend Lucile Barou. « La reprise du marché résidentiel et la hausse des prix constatée récemment sont le signe d’une dynamique que la SEM va pouvoir accompagner, en confortant le rôle de moteur de la ville et de l’agglomération au niveau local ».

Une transformation accompagnée

Le partenariat mis en place s’articule donc autour de la création de la SEM et de la fusion-absorption de l’OPH dans la nouvelle structure dont l’agglomération reste l’actionnaire majoritaire. En tant qu’actionnaire minoritaire, CDC Habitat participera au contrôle conjoint de la SEM et proposera son expertise si l’agglomération le souhaite sur des sujets spécifiques pour lesquels le Groupe dispose de compétences reconnues – comme le Développement Social Urbain ou les programmes « Action Cœur de Ville ».

Après un travail de transition mené tout au long de l’année 2021, notamment autour du changement de statut, la SEM est désormais pleinement opérationnelle. Au total, ce sont 96 millions d’euros qui seront investis d’ici à 2030 dans la réhabilitation du parc, le renforcement de l’offre sociale et intermédiaire et la requalification urbain de l’agglomération. 

Montélimar Agglomération Habitat en chiffres:

  • 38 salariés
  • Un patrimoine de 2400 logements sociaux
  • 500 nouveaux logements prévus sur 10 ans
  • 96 millions d’euros investis d’ici à 2030

Norbert Graves, président de Montélimar Agglomération Habitat

« Une dynamique pour les 10 prochaines années »

« Quand nous avons vu que la loi Élan nous imposait un rapprochement, nous avons cherché un partenaire capable de garantir notre autonomie et nous laissant le contrôle majoritaire de notre structure. C’est ce que CDC Habitat nous a rapidement proposé, dès nos premiers échanges en septembre 2020 et la signature en décembre de la même année du protocole d’accord avec Anne-Sophie Grave.

Un an plus tard, la SEM est née et en ordre de marche pour porter le plan stratégique de moyen terme imaginé ensemble. Celui-ci doit nous permettre à la fois de mener à bien notre CUS, notre convention d’utilité sociale, qui inclut un important volet de réhabilitation de notre patrimoine, de développer les programmes « Action Cœur de Ville » ou encore de renforcer notre PLH. Nous souhaitons également rayonner sur l’ensemble du territoire, en accompagnant les villes et villages voisins comme Allan, Saulce-sur-Rhône ou Marsanne.

En l’espace de quelques années, Montélimar a gagné 3000 habitants et est redevenue la seconde agglomération de la Drôme derrière Valence. C’est cette dynamique que nous voulons accompagner pour les 10 prochaines années, et la création de la SEM est un virage majeur qui va nous permettre de soutenir le développement de l’agglomération et attirer de nouveaux publics – en préservant la qualité de vie et en renforçant la mixité sociale de l’habitat ».