Des jeunes en insertion créent une cuisine solidaire et écologique pour les plus démunis

De la construction de la cuisine exclusivement faite de bois de récupération, et réalisée par des jeunes en insertion, à la confection de repas pour les plus démunis grâce au futur potager : tout dans ce projet de cuisine solidaire à Pierrefitte-sur-Seine (93) relève de l’économie circulaire. Les ressources sont utilisées avec pragmatisme pour un résultat à fort impact social, environnemental et économique. Plus de précisions avec Charlène Le Lann, cheffe de projets développement social urbain, au sein de la DIR Ile-de-France, à l’occasion de la publication du référentiel « Economie circulaire » de l’USH.

Quels étaient les enjeux de ce chantier d’insertion ?

CLL : Pierrefitte-sur-Seine est une commune où nous sommes très présents avec plus de 1 000 logements. Nous y avons tissé des liens forts avec les associations locales et c’est un secteur, situé en QPV, sur lequel nous intervenons régulièrement. Nous avions mis à disposition un local, au cœur de la résidence Jules Chatenay, à l’association Initiatives qui vient en aide aux personnes isolées et qui organise des moments de convivialité dans le quartier. Malgré peu de moyens, l’association a été très active durant la crise sanitaire, avec notamment la distribution de repas. Leur activité d’aide alimentaire est devenue essentielle du fait d’une accentuation de la précarité. L’idée est donc venue d’agrémenter le local associatif d’une cuisine. Un projet auquel nous avons voulu donner une dimension environnementale et solidaire.  

Quels impacts positifs créés ?

Nous avons fait appel à une autre association que nous connaissons bien : Initiatives Solidaires qui réinsèrent des jeunes en vue d’une formation d’ébéniste ou de serrurier et située non loin de la résidence, à Aubervilliers (93). A forte vocation environnementale, ils n’utilisent que du bois et du métal de récupération pour leurs travaux d’ébénisterie et de serrurerie.

Une fois la cuisine installée et équipée, nous nous sommes demandés comment nous pouvions aller plus loin en les aidant dans leur activité de confection de repas. Au bout d’un parking, il existait déjà un espace vert mais qui était difficilement accessible depuis le local : toujours dans une logique de réemploi des ressources existantes, nous nous sommes dit que celui-ci pourrait être transformé en potager. En mobilisant les compétences en serrurerie des jeunes en insertion, une porte a été créée pour y donner un accès direct.

Engagés en faveur de l’emploi, c’est une réelle satisfaction d’avoir pu employer une dizaine de jeunes en insertion sur la totalité de ce projet.

Quelles sont les prochaines étapes ?

Véritable projet en circuit court, l’espace vert doit maintenant être transformé en jardin partagé pour faire pousser les fruits et légumes qui seront utilisés dans la cuisine solidaire. Le local accueille dorénavant des ateliers de cuisine et l’association travaille avec les habitants sur la santé alimentaire. L’aide alimentaire se poursuit entrecoupée de moments conviviaux et festifs car la cuisine c’est avant tout du partage.