Se mobiliser pour l’accompagnement des femmes victimes de violences

CDC Habitat, l’AORIF et la Fédération Nationale Solidarité Femmes travaillent de concert pour améliorer la prise en charge des femmes victimes de violences en Île-de-France, en mettant notamment à disposition des logements via une plateforme dédiée.

Cécile Le Roux

En France, une femme meurt sous les coups de son compagnon ou ex-compagnon tous les 2 jours. Ces chiffres, dont la stabilité d’une année sur l’autre est glaçante, ne sont pourtant que la partie émergée de l’iceberg des violences faites aux femmes. Les données consolidées année après année par le 3919, la plateforme d’appel dédiée aux victimes, soulignent une nette augmentation des signalements depuis 2019 – et encore plus depuis la crise du Covid. « Tous les bailleurs sont concernés par des situations de violences conjugales au sein de leur patrimoine », explique Cécile Le Roux, responsable du Pôle Action Sociale Île-de-France chez CDC Habitat. « Face à ce phénomène, les réponses n’ont pas toujours été très adaptées, d’où la décision prise par CDC Habitat depuis quelques années de faire monter en compétences ses collaborateurs sur le sujet ».

Des formations pour mieux orienter les victimes

En 2023, l’ensemble des conseillères sociales de CDC Habitat mais aussi les agents du recouvrement contentieux présents et les directeurs adjoints d’agence ont été formés afin de leur donner les clefs pour mieux écouter, informer et orienter les personnes qui en font la demande – mais aussi mieux identifier les signes. « L’idée était aussi de remettre notre rôle de bailleur à sa juste place, en rappelant que la priorité est de faire le lien avec les associations spécialisées qui savent mieux que nous comment intervenir », reprend Cécile Le Roux. Les chargés de clientèle franciliens vont également bénéficier en 2024 de cette formation qui mélange données théoriques et ateliers adaptés à leurs pratiques professionnelles.

Une plateforme pour faciliter le relogement

Parallèlement, CDC Habitat, en tant que membre de l’AORIF, est partenaire de la convention signée entre ce dernier, la Fédération nationale solidarité femmes (FNSF) et son Union régionale Ile-de-France. Celle-ci vise notamment à mobiliser une centaine de logements par an tous bailleurs confondus pour permettre le relogement de femmes victimes de violence en Île-de-France. Les logements sont mis à disposition des associations d’aide via la plateforme de la FNSF mais aussi parfois en direct. CDC Habitat propose ainsi en intermédiation locative plusieurs logements à des associations afin qu’elles les louent à des personnes dans le besoin. Plus d’une trentaine de baux ont déjà été signés via les différents canaux – un chiffre appelé à augmenter dans les prochains mois.

Témoignage

« Il faut co-construire les réponses entre les collectivités, les bailleurs et les associations ». Sarah Laffon, responsable du pôle innovation sociale, et Carla Lecointre, chargée de projet gestion sociale et attributions à l’AORIF

« En 2022, plus de 14 000 demandes de logements en Île-de-France mentionnaient les violences familiales comme critère – pour au final 3% des logements attribués au total. La convention mise en place par l’AORIF fixe un objectif symbolique de 100 logements à mobiliser chaque année, mais notre but est surtout de sensibiliser plus largement nos adhérents et de renforcer le travail avec les collectivités et les associations de terrain. Les offres sont centralisées sur la plateforme de la FNSF, ce qui permet aux associations d’identifier les biens qui pourraient correspondre aux besoins des personnes qu’elles suivent. Nous organisons aussi des webinaires et coordonnons la mise en place de formations pour les équipes de terrain réalisées par les associations de la FNSF. Nous travaillons enfin sur un kit de communication à destination de nos adhérents à paraître dans l’année ».