CDC Habitat mise sur la MOD pour accélérer la transformation de son patrimoine sur le long terme

Le Groupe souhaite renforcer la part des projets portés en maîtrise d’ouvrage directe dans les prochaines années. Une manière d’orienter plus fortement sa programmation vers des solutions plus durables, et qui se traduit localement par des initiatives innovantes et une réflexion portée avec les collectivités et les acteurs de terrain.

25% de projets portés en maîtrise d’ouvrage directe à l’horizon 2025, puis 30 % voire 40 % à terme : c’est l’objectif affiché par Anne-Sophie Grave, présidente du directoire de CDC Habitat, pour permettre au Groupe de mieux accompagner les territoires face aux enjeux d’aujourd’hui et de demain. Alors que les livraisons en VEFA prévues dans le cadre des plans de relance successifs lancés après la pandémie de Covid vont rythmer les prochaines années, la MOD s’impose petit à petit dans la culture du Groupe et représente aujourd’hui entre 10 et 15 % de la production actuelle selon les régions. Surtout, elle permet aux équipes des directions interrégionales d’apporter des réponses sur-mesure aux besoins des territoires et d’anticiper les mutations à venir.

« La question qui se pose aujourd’hui est comment faire évoluer notre patrimoine sur les 60 prochaines années en tenant compte de l’ensemble des éléments à notre disposition – qu’il s’agisse de la situation géopolitique complexe, de la hausse du coût des énergies et des matières premières, mais aussi des rapports du GIEC ou des épisodes climatiques que nous avons pu vivre cet été », explique Charles Gourvennec, directeur de la MOD et du patrimoine de la direction Auvergne-Rhône-Alpes. « Nous arrivons à la croisée des chemins, et nous avons besoin de maîtriser au maximum la conception des programmes que nous réalisons si nous voulons aller vers un habitat plus durable, plus sobre et plus adapté ».

Une approche plus souple pour changer la construction

En misant sur une part plus importante de projets portés en MOD, en neuf comme en réhabilitation, CDC Habitat souhaite clairement donner une orientation plus responsable à ses projets. Meilleures performances énergétiques pour le bâti, chantiers moins polluants, réemploi de matériaux, économie circulaire, travail sur les espaces verts : de nombreux leviers sont déjà utilisés, à titre expérimental ou de manière plus pérenne, en AURA où l’on devrait atteindre les 15 % de projets en MOD dès 2023.

 « On parle beaucoup de sobriété énergétique aujourd’hui, mais nous nous inscrivons aussi dans un courant de réflexion autour de la sobriété foncière », reprend Charles Gourvennec. « Alors que le coût du foncier atteint des sommets dans des villes comme Lyon ou Annecy, nous réfléchissons à comment aménager autrement, en déminéralisant l’emprise de certains immeubles ou en densifiant d’autres parcelles. Cela peut passer par des hauteurs plus importantes sur certains projets neufs, par de la surélévation en réhabilitation, ou par un travail sur les espaces verts et extérieurs ». Ainsi, CDC Habitat mène déjà régulièrement des opérations de replantage d’arbres dans la ville autour de son patrimoine. Certains projets de réhabilitation intègrent aussi un volet visant à « épaissir » le bâti en créant des balcons, terrasses ou loggias – des espaces très prisés des habitants depuis les différents confinements.

Une projection sur 60 ans pour intégrer les surcoûts

La réflexion plus large que CDC Habitat porte actuellement en région AURA vise aussi à repenser le cycle de vie du bâti, en le rendant à la fois plus évolutif et plus durable. Si les constructions actuelles sont en moyenne prévues pour une quarantaine d’années, un cycle de vie de 60 ans permettrait en effet d’intégrer plus facilement les surcoûts liés à une construction plus durable et moins énergivore.

« Il faut faire une rupture dans nos manières de construire et d’imaginer les bâtiments », conclut Charles Gourvennec. « A court terme, la hausse des coûts ou le manque de structuration de certaines filières pourraient freiner le montage des projets. Mais si nos bâtiments sont conçus pour vivre plus longtemps et évoluer au fil du temps, des usages et des besoins, alors il est possible de trouver un modèle économique rentable et reproductible, y compris pour du logement social ».

Cette approche au long-cours n’empêche évidemment pas CDC Habitat de s’impliquer dans des solutions de plus court terme, comme la massification des réhabilitations en inter-bailleur à l’échelle de la région qui permet de donner de la visibilité aux entreprises. Une démarche collective que le Groupe souhaite promouvoir plus largement et sur tous les sujets, y compris lors d’événements spéciaux comme ce « Hackathon » organisé au printemps dernier autour du « logement frugal » et qui a permis de réunir les experts internes de CDC Habitat AURA, mais aussi des élus, des architectes, des promoteurs ou des étudiants pour des « brainstorming » particulièrement productifs… et porteurs d’avenir.

Des équipes MOD redéployées localement

Longtemps centralisées à Lyon, les équipes locales de CDC Habitat spécialisées dans la maîtrise d’ouvrage directe sont désormais réparties sur trois pôles régionaux : un à Annecy, un pour les métropoles de Lyon et de Grenoble, et un autre pour Clermont-Ferrand et l’Allier. Chaque pôle est piloté par un responsable MOD qui travaille en direct avec les directeurs et les directrices d’agence, avec qui il partage la relation avec les collectivités et les entreprises. Une approche plus proche du terrain qui doit permettre de faire émerger des réponses toujours plus adaptées aux besoins et aux spécificités des collectivités.