« Nous avons été au rendez-vous de la proximité »

# Edito
Après une année bousculée par la crise sanitaire, CDC Habitat a choisi de placer l’année 2021 sous le signe de la poursuite de la mobilisation et de la concrétisation du plan de relance. Entretien croisé avec Anne-Sophie Grave, présidente du directoire de CDC Habitat, et Philippe Blech, directeur interrégional Nord-Est.

Quel bilan dressez-vous de l’année inédite que nous venons de traverser ?

Anne-Sophie Grave : Je retiens avant tout que notre Groupe a été au rendez-vous de la proximité. Alors que la crise sanitaire a pris tout le monde de court, nous sommes restés présents sur le terrain et avons poursuivi nos missions d’intérêt général sans faillir. Qu’il s’agisse de veiller sur nos locataires les plus fragiles ou de venir en aide aux commerces durement touchés par l’arrêt de leur activité en suspendant leur loyer, nous avons été en première ligne à chaque étape. Et bien sûr, nous avons été au rendez-vous de la relance, grâce à un plan ambitieux, annoncé très tôt, et qui a permis de sonner la mobilisation au niveau de notre secteur et de préserver l’emploi au niveau local.

Philippe Blech : Nous avons démontré notre capacité à nous adapter et à organiser le travail malgré les circonstances exceptionnelles. La formidable mobilisation de nos équipes nous a permis de maintenir notre niveau de service, que ce soit en gestion locative ou en développement, et d’afficher un résultat quand même satisfaisant sur l’année. Humainement, cela a été une vraie performance : chacun a accepté de remplir des missions qui ne sont pas les siennes, de passer des appels de bienveillance, d’aider au déploiement des protocoles et des équipements de protection… Cette souplesse et cet état d’esprit extrêmement positif nous ont permis de rester fidèles à notre première mission qui est d’apporter de la satisfaction à nos locataires.

 

Les équipes ont également été mobilisées par le plan de relance…

PB : Nous avons effectivement mené ce travail à effectif constant, notamment en maîtrise d’ouvrage. Nous sommes en train de terminer le travail d’étude des dossiers, nous avons d’ores et déjà retenu plus de 4 300 logements et nous devrions dépasser les 7 000 au final. Nous allons tripler notre production annuelle normale, ce qui va nous demander là aussi une organisation adaptée, au plus près des territoires. Mais c’est aussi l’occasion pour nous de renforcer les dynamiques locales puisque les projets retenus coïncident en grande partie avec les partenariats que nous sommes en train de mettre en place localement.

ASG : Le plan de relance est l’occasion de donner un coup d’accélérateur à certaines dynamiques locales. Les choix faits par les équipes des directions interrégionales s’appuient sur leur profonde connaissance des territoires et sur un dialogue permanent avec les acteurs de terrain, à commencer par les élus.  Ce dialogue est d’autant plus important que la crise actuelle est porteuse de profondes mutations dans nos manières d’habiter et de travailler, notamment de télétravailler. Nous devons accompagner les aspirations nouvelles de la population et c’est en région, avec les collectivités, que l’habitat de demain doit être pensé.

 

La crise a-t-elle eu un impact sur l’approche « terrain » de CDC Habitat ?

ASG : La crise a plutôt conforté notre intuition que les solutions face aux défis actuels et à venir ne peuvent être que collectives et locales. Nous croyons à l’importance de la déconcentration de la décision : en tant qu’opérateur global des politiques d’habitat d’intérêt public, nous sommes capables de porter des projets complexes et d’accompagner les territoires dans leur politique d’aménagement. Mais c’est parce que nous avons cet ancrage local, parce que nous sommes à l’écoute des besoins des collectivités que nous pouvons être pertinents dans nos réponses.

PB : Il s’agit pour nous d’apporter de la cohérence à notre développement et au développement des territoires où nous sommes présents. C’est ce qui motive nos choix, aussi bien dans le cadre du plan de relance que des partenariats que nous mettons actuellement en place à Besançon (25), Sarreguemines, Reims (51), Metz (57) ou Épinal (88). Notre expertise en matière de logement intermédiaire, notre approche de la performance énergétique du bâti, notre capacité à intégrer les enjeux environnementaux dans notre programmation sont autant d’atouts dont les territoires vont avoir besoin dans la période qui s’ouvre. Et ils savent que nous sommes un acteur solide, capable de les accompagner dans la durée.